Les élèves ont la parole

RA3

Un poète au Lycée Juliette Récamier

Ce vendredi 15 mars 2016 certains secondes du lycée Récamier ont embarqué pour 1h30 de poésie avec le poète marocain Mohammed Elamraoui. En effet, le poète nous a confié son enfance à Fès au Maroc puis ses premiers pas dans la poésie.

Bercé depuis sa plus tendre enfance par les poèmes de son frère et l’arabe littéraire de son père, le poète a ainsi trouvé ses premières inspirations. Ses premiers écrits furent d’abord en arabe puis en français.

L’entretien fut ensuite suivi par plusieurs lectures du poète. Les élèves ont alors pu constater son entrain et son dynamisme.

Cet entretien a permis aux élèves de découvrir la poésie moderne et étrangère de ce poètes à la plume bilingue. Le poète a permis aux élèves de comprendre un peu mieux ce qu’était réellement la poésie.

Une prochaine rencontre aura lieu le vendredi 1er avril 2016 pour un atelier d’écriture.

Déborah Laieb Isabelle Woldehana.

Le poète Mohamed Elamraoui au lycée Juliette Récamier

Né au Maroc en 1964, Mohamed Elamraoui est un poète dont la langue d’origine est le marocain mais la langue d’écriture est l’arabe littéraire et le français.

Venu partager ses poèmes avec les élèves de l’enseignement d’exploration « Littérature et société », le poète, d’une grande sagesse au premier abord, s’est véritablement métamorphosé, contant ses plus intimes anecdotes. On se souvient encore des histoires que lui dictait sa mère dès son plus jeune âge…

Il lisait des extraits de ses œuvres tout en racontant d’où vient son inspiration avec vivacité et une grande détermination. Les élèves, très réceptifs, ont été impressionnés par l’éloquence et la prestance du poète. Cette séance se clôtura avec une mise en pratique. L’exercice, simple, consistait à créer des vers à partir de mot choisis par les élèves. Certains furent déroutés, d’autres inspirés ; la difficulté logeait dans l’agencement des mots dans le but de trouver une certaine beauté à travers de mots ordinaires. Cependant, les élevés ont compris que la poésie était ouverte à n’importe qui et surtout que la poésie se définissait par l’expression des sentiments personnels du poète qui résultent souvent du passé de ce dernier.

Safa et Déborah.

La chronique de Farès et Mady.

Rencontrer un  poète, c’est un peu exceptionnel. Mohammed El Amraoui est l’auteur de plusieurs recueils de poésie écrits en arabe ou en français : « De ce côté-ci et alentour », « Récits, partitions et photographies », « Accouchement de choses »… Mady élève de seconde 3 va nous en dire un peu plus de sa rencontre avec ce poète :

Farès : Auparavant la classe avait lu le poème « Perrache ». Est-ce qu’il y a des similitudes entre la façon d’écrire et  l’homme que vous avez eu devant vous ?

Mady : Oui je l’ai lu. Non je n’ai pas trouvé de point commun avec le poème car  il utilise des mots vulgaires, c’était un poème un peu trash, tandis qu’en vrai Mohammed Elamraoui semble d’une grande sagesse et nous n’imaginons pas qu’il en est l’auteur.

Farès : Et que s’est-il passé pendant cette rencontre ?

Mady : Nous avons écouté le poète nous parler de sa vie, nous expliquer ce qui l’a décidé à devenir poète, nous réciter ses poèmes. Ensuite nous avons fait des exercices de pratique où nous avons créé des petites phrases poétiques.

Farès : Et ça vous a plu ?

Mady : Oui c’était très ludique, j’ai particulièrement apprécié cet atelier, je pense qu’on s’est tous amusés. Et en même temps on se rendait compte qu’on était tous capables d’écrire des choses poétiques.

Farès et Mady.

Note du professeur : Cette séance a eu lieu dans le cadre d’un projet « Rencontre avec un écrivain rhônalpin », financé par la Région Rhône-Alpes Auvergne.

RA3

La Nuit de la Peur

Le samedi 17 octobre, deux amis et moi nous nous sommes rendus à La Nuit de la Peur à la Halle Tony Garnier. La salle était immense, il y régnait une super ambiance, il y avait des gens bizarres déguisés et des jolies jeunes filles. Alain Chabat (avec une coupe de cheveux bizarre) a présenté la soirée et il faisait beaucoup de blagues.

Le premier film de la soirée fut The Thing de John Carpenter sorti en 1982 qui raconte l’histoire d’américains dans une base en Antarctique confrontés à une créature extraterrestre capable de changer d’apparence. J’ai trouvé ce film excellent. Les effets spéciaux n’avaient pas mal vieilli, ils restaient impressionnants et gores. Le scénario entretenait un bon suspense et une bonne tension.

Le deuxième film fut La Nuit des Morts Vivants de George Romero en 1968 qui raconte l’histoire d’un groupe de personnes se cachant dans une maison qui est attaquée par des zombis.

J’ai bien apprécié ce film bien que j’aie mis un peu de temps avant d’accrocher. Par contre mes deux amis et une bonne partie du public n’avaient pas l’air de l’apprécier si bien que beaucoup de gens somnolaient dans la salle. Après je peux comprendre pourquoi on peut ne pas apprécier ce film et je lui reconnais de nombreux défauts (les jeux d’acteurs ridicules mais marrants des zombies entre autre) mais il ne faut pas oublier que ce film pose les bases du genre du film de zombies.

En plus ce film comporte des moments cultes comme la droite mise par le personnage principale à un autre ou la petite fille zombie qui tue sa mère avec une truelle et je trouve la mort du seul survivant film particulièrement ironique.

Ensuite fut diffusé Insidious de James Wann sorti en 2011.Ce film réveilla ceux qui avait été endormis par le précédent. Il met en scène une famille dont le fils aîné est dans le coma et qui subit d’étranges apparitions. J’ai bien aimé ce film et ce que j’ai surtout adoré dans ce film ce sont les sursauts qu’il a provoqué chez moi ( je les attendais avec impatience).Le seul défaut du film est sa dernière partie qui avait du potentiel pour être effrayante mais qui finalement l’est peu et tombe dans le fantastique.

Enfin fut diffusé Evil Dead de Sam Raimi sorti en 1981 qui met en scène un groupe de cinq jeunes qui, lors leur week-end dans une vieille cabane, réveillent un maléfice qui les transforme en zombis possédés ayant les mêmes caractéristiques que les humains. J’ai vraiment adoré ce film.

A partir du moment où il y a les zombis, il règne une tension jusqu’à la fin du film.

Finalement j’ai passé un agréable moment en compagnie de mes deux amis. Pour ce qui est du film que j’ai préféré, j’hésite entre The Thing et Evil Dead.

Anne Onyme

 

NBA : Démarrage de la saison

Je m’appelle Océane, je suis en seconde 7, je m’occupe de la rubrique sport car , cela m’intéresse. J’adore le basket et le pratique depuis 4 ans. Je ne vais pas parler que de ça, je vais aussi faire des articles sur le football, le rugby, l’A.S du lycée, vous faire découvrir de nouveaux sports que l’on ne connaît pas trop.

En l’occurrence pour mon premier article je vais parler du commencement de la saison de N.B.A.

La N.B.A (National Basketball Association) a débuté. Mes préférés sont les Bulls de Chicago, avec un meneur d’exception Derrick Rose, mon joueur favoris. Nous allons voir cette année qui va remporter la coupe. La saison dernière, c’était l’équipe de Stephen Curry, les Warriors de Golden State, et pour le moment ils ont fait un sans faute, sept matchs gagnés sur sept…

Bien sûr, tout est possible, les Bulls peuvent les rattraper !

Océane

 

En Route Pour Le Lycée
Arrivée devant le lycée, l’excitation et l’appréhension prennent place.
Contente de rentrer dans une nouvelle ère, énormément de questions me viennent en tête.
La découverte du lycée, grand et spacieux, ses salles de classes, son self et ses escaliers interminables… Je n’ai aucune déception excepté le fait qu’il y ait 6 étages, ce qui fait beaucoup.
Je suis satisfaite du lycée Juliette Récamier qui était mon choix d’établissement.
Mayssa

Premier jour
Mon premier jour de classe a été long, tout a été nouveau pour moi. Le lycée était immense avec de nombreux étages et d’énormes classes. J’appréhendais comment les professeurs allaient nous accueillir.
Tout a débuté le mardi 2 septembre, j’ai retrouvé mes camarades de classe de mes anciennes années, comme Camille qui était avec moi depuis la maternelle, Amir, qui était dans ma classe depuis la 3ème & Mohamed que je connaissais depuis le centre social. Nous avons eu la visite du personnel administratif(le proviseur, la CPE..) et de nos futurs professeurs qui nous accompagneront tout au long de l’année. Le professeur d’histoire-géographie, très confiant et rassurant est entré et cela faisait plaisir d’être rassuré dès le début de l’année… Suite à ça, nous avons eu des explications sur le déroulement du lycée, on nous a donné nos emplois du temps. A vue d’œil, cela se voyait qu’il était très chargé car nous commencions souvent à 8:00 et finissions à 17:30. C’était très différent du collège au niveau des horaires car très souvent on finissait à14:30 ou au plus tard 16:30. On a commencé la visite du lycée par la cantine et j’étais très surprise de la machine qui était à l’entrée pour accéder au self. Ça n’avait rien à voir avec celle du collège où nous nous mettions en file. Ensuite nous nous sommes rendus au gymnase et à la salle de danse, j’ai adoré la vue sur le Rhône. J’avais peur de me perdre dans les couloirs ou dans les étages, mais je suis certaine que les élèves de première m’aideront. La première fois que j’ai entendu la sonnerie du lycée, cela m’a fait bizarre car je l’avais toujours entendu à la télé mais jamais en vrai : dans mon ancien collège nous avions une mélodie à la place d’une sonnerie.
Une belle journée mouvementée et longue, donc. Je mets toute ma confiance dans les professeurs pour nous aider à réussir nos années de lycée.

Benlogab Imane

 

Labyrinthes

La première « vraie » journée de cours, c’est à dire celle où on a eu cours toute la journée, s’est déroulée le Jeudi 3 septembre.
Les professeurs nous ont vite mis au travail. Je dois dire que je ne m’attendais pas à ça, je pensais qu’on allait les écouter pérorer pendant des heures ! Eh bien, non, nous avons vite travaillé, mais il ne faut pas s’inquiéter, les professeurs reprennent un peu les bases avant de nous initier à de nouvelles choses. Mes premières impressions sur ma première « vraie » journée : pas aussi ennuyeux que je le pensais, motivant!
Il ne faut surtout pas avoir peur de se perdre dans les couloirs, les professeurs comprennent tout à fait notre retard étant donné que nous ne connaissions pas encore le lycée dans ses moindres recoins. Les autres élèves plus âgés nous aident à nous retrouver et à ne pas se tromper de salles…
Tout ça pour dire qu’au début d’année j’étais angoissée, mes sentiments étaient confus, j’étais comme perdue dans un labyrinthe, dans le lycée mais également dans ma tête où tout se bousculait !
Sélina

Début de vie lycéenne

La rentrée s’est dans l’ensemble très bien passée. J’appréhendais un peu de ne pas me retrouver dans la même classe que mes amis. Le fait de changer d’établissement et d’aller en ville pour étudier m’inquiétait un peu. En effet, mon collège se trouvait dans ma ville et j’y allais à pied. J’ai été rapidement rassuré quand j’ai appris que beaucoup de mes amis étaient dans la même classe que moi.
La rentrée en seconde est très semblable à celle du collège : on nous présente les emplois du temps, distribue des papiers liés à l’administration, on remplit le carnet… Quelques uns de nos professeurs se sont présentés. Je me suis rapidement senti à l’aise et j’ai trouvé qu’il y avait une bonne ambiance. J’ai sympathisé avec d’autres élèves que je ne connaissais pas.
Le fait de pouvoir sortir du lycée comme on le veut est vraiment un plus par rapport au collège. C’est vraiment très agréable. De plus, je ne mangeais pas à la cantine dans mon collège. J’ai trouvé celle de l’établissement plutôt bonne. Le seul petit bémol : des récréations trop courtes. A peine descendu, on entend la sonnerie retentir.
Dans l’ensemble je suis très content de ce début de vie lycéenne. Espérons que cela dure.
Guillaume Guay

Début de vie lycéenne
Lors de ma première journée, je suis passé par tout un tas d’émotions: la peur d’un lieu nouveau, l’angoisse de savoir ma nouvelle classe, l’inquiétude d’arriver dans une ville nouvelle. Mais aussi l’envie de découvrir cet endroit nouveau, l’envie de rencontrer cette nouvelle classe, l’envie de découvrir cette ville nouvelle. Tout ceci mélangé avec la vision du futur, de voir ces salles où je vais m’enfermer des heures durant, ces couloir où je vais déambuler et me perdre, cette cour où je vais sortir respirer, ces professeurs qui vont essayer de m’apprendre le monde du plus petit atome aux plus grands empires, de ces élèves qui deviendront peut-être mes amis ou mes rivaux, de ce lycée où aujourd’hui je me perds mais qui me semblera si familier dans quelques temps quand ce jour sera perdu et oublié.

Ernest Hemingway


Première journée

En ce matin de septembre, je me réveille doucement mais assez anxieuse. Je vais prendre mon petit-déjeuner et file me préparer. Mais malgré mon empressement, je me sens tout de même fatiguée et ralentie. Mais je ne devrais pas, et je devrais plutôt me dépêcher pour éviter d’être en retard.
Après être enfin sortie de chez moi, je me rends à la gare, un peu stressée par cette nouvelle et longue journée qui s’annonce. Une fois dans le wagon du train, je vérifie l’heure sur mon portable pour essayer de calmer mon inquiétude. Je ne suis pas en retard, bien heureusement.
J’arrive à la gare de Perrache, enfin. Avec mes amis, nous marchons tous ensemble dans Lyon jusqu’à arriver devant le lycée. Quand je l’aperçois, mon anxiété monte d’un cran : enfin je vais commencer mon année et ma première journée.
Les cours se déroulent normalement. Entre découvertes de salles et présentations de professeurs, je dois enregistrer beaucoup d’informations d’un coup… De plus les salles sont nombreuses à mémoriser et ma fatigue de ce matin ne m’aide pas vraiment à tenir. Heureusement, je peux faire la connaissance de mes camarades et eux, peuvent m’aider à faire mes marques dans ce nouveau lycée.
Salomé